Page 1
Par défaut

Le code de la route aux USA pour les nuls

Voici le premier article sur ma nouvelle vie aux USA en plein coeur du Texas. Et pour commencer le code de la route…

En arrivant, je pensais bien naïvement que c’était le même qu’en France, mais plein de petits détails viennent vous changer la vie.

- Pas de priorité à droite : C’est probablement la chose la plus effrayante en tant que passager, voir une voiture arriver à droite et avoir son conducteur qui ne s’en inquiète pas et continue sa route tranquillement…

- Pas de céder le passage : soit un stop (qui n’est que très peu souvent marqué) soit un feu.

- Premier arrivé a la priorité : quand tout le monde a un stop, le premier arrivé repart en premier (ou celui qui a la plus grosse voiture…).

- Grillez le feu rouge si vous tournez à droite : sauf si c’est formellement interdit avec un écriteau.

- Les feux de signalisations sont de l’autre côté de l’intersection : arrêtez-vous bien avant !

En règle générale, à Austin, les voitures sont attentives aux piétons et il n’y a pas besoin de forcer le passage.

austin

Je mettrais l’article à jour au fur et à mesure de mes accidents découvertes.

Par défaut

Wifi gratuit et illimité dans les aéroports

Petite astuce du jour : le wifi gratuit et surtout illimité dans les aéroports :

Exemple pratique avec l’aéroport dans lequel je me trouve : Roissy Charles de Gaulle, qui dans sa grande générosité offre 15 minutes de wifi gratuit.

Ensuite il faut payer 1€90 pour 30 minutes, 4€90 pour 90 minutes, ou 9€90 pour 24h. Bien évidemment, c’est le prix par appareil, donc admettons que vous voulez connecter votre ipad, un ordinateur et votre téléphone… il faut donc payer 3 fois.

Heureusement, l’identification sur le réseau se fait avec votre adresse MAC.

Non l’adresse MAC n’est pas l’adresse que vous avez donnez en achetant votre mac, et oui les pc ont aussi des adresses MAC.

Donc l’adresse MAC pour (Media Access Control), c’est un peu l’adresse physique de votre ordinateur sur le réseau local, et la bonne nouvelle, c’est qu’elle est aussi fiable qu’une ardoise qui servirait de plaque d’immatriculation. 

Voici comment ca fonctionne :

1) Votre ordinateur fait une demande de connexion au réseau en présentant son adresse MAC.

2) Le serveur regarde si l’adresse MAC n’a pas été utilisée récemment pour un accès gratuit, si c’est le cas, il propose un accès gratuit pour 15 minutes, sinon il propose de payer

3) Votre ordinateur rempli le formulaire d’identification et est en ligne.

4) Au bout de 15 minutes le serveur coupe l’accès à internet de l’ordinateur.

5) On change l’adresse mac de l’ordinateur et on repart à l’étape 1…

 

Changement d’adresse MAC sous mac : 

– Ouvrir le terminal (via spotlight)
– taper (ou copier/coller) sudo ifconfig en0 ether d4:33:a3:ed:f2:12
- Entrez votre mot de passe

Vous pouvez mettre n’importe quoi dans l’adresse mac, du moment que c’est du code hexadécimal donc vous pouvez mélanger les caractères suivants : 1234567890abcdef

et voici une petite ligne de commande pour en générer une aléatoirement via le terminal : openssl rand -hex 6 | sed ‘s/\(..\)/\1:/g; s/.$//’

Changement d’adresses MAC sous PC : 

En fait c’est un peu plus compliqué, il faut un logiciel spécial pour aller la changer : Technitium MAC Address Changer

Mais c’est toujours simple : il suffit de l’installer et de choisir l’adresse AMC que l’on veut.

 

 

 

Poubelles
Par défaut

Lisbonne, crise & décadence

Une semaine au Portugal, ça vous fait rêver non ? Et bien plus pour très longtemps…

LisbonneEn fait, quand on se dit que la crise est à nos portes, on a du mal à s’en rendre compte, c’est triste, mais elle est là !

En arrivant en avion, on aperçoit un paysage très vallonné, et de grandes infrastructures : principalement des 4 voies et pas mal de ponts essayant d’égaliser le terrain.

L’aéroport de Lisbonne est très grand et proche de la ville, accessible en métro et à moins de 15 minutes en taxi depuis le centre, mais… forcément, on entend les avions tout le temps et partout.

Les rues on été pavées avec des petit pavés noirs et blancs formant des motifs plus ou moins sophistiqués. La crise et le temps passant par là, les avenues ne sont plus du tout plates, certains pavés manquent, et de grosses déformations ont créé des trous conséquents… Forcément quand il pleut, si on ne prend pas garde, on peut marcher dans des mares assez profondes. Et les bus nous éclaboussent au moindre trou d’eau dans la route.

De nombreux bâtiments sont abandonnés et défraichis, y compris dans les 2 avenues principales. D’ailleurs, en dehors de ces avenues, la crise frappe un grand coup, et on frôle la vétusté ou l’insalubrité à certains endroits.

Bien évidemment la mendicité est très présente, et de nombreux SDF s’installent à même les porches, luxueux mais désaffectés et dégradés, des bâtiments de l’avenue principale (avenue de la Libertad). Très peu sont musiciens ou essayent de gagner quelques pièces avec un quelconque art ou talent.

La police est très présente, mais je ne comprends pas à quoi elle sert ; tout le monde traverse au rouge au nez et à la barbe des policiers postés au carrefour. De plus, il est impossible de ne pas se faire accoster par une demie douzaine de vendeurs à la sauvette proposant allégrement des produits de contrefaçon ainsi que de la drogue (principalement haschisch & marijuana). Ces vendeurs, reconnaissables de loin, rentrent même dans certains restaurants, saluent les serveurs et commencent à proposer leur inventaire…

PoubellesLes ordures s’empilent dans les rues. Et passer dans la rue donnant sur l’arrière du McDonald relève du viol olfactif. Je plains franchement les voisins habitant dans cette rue. En fait, les éboueurs sont en grève depuis le 5 décembre contre la privatisation de la gestion des ordures de la ville. Il parait que la situation pourrait durer jusqu’au 10 janvier…

Très peu de restaurants et magasins acceptent les cartes bancaires, mais les distributeurs sont assez présents. Il est amusant de noter que l’ont peut payer ses factures dans les distributeurs, ce qui amène souvent un temps d’attente assez conséquent devant les machines.

La ressource principale de la ville semble être le tourisme, à certains moments nous entendions parler français au moins autant qu’à Paris dans les quartiers touristiques. Les portugais le parlent en général assez bien mais sont très mauvais en anglais.

Petite recommandation au passage : l’application TripAdvisor est devenue ma meilleure amie en voyage. Elle nous a permis d’éviter certains pièges à touristes et de trouver de supers bars ou restaurants, notamment Fieis al Fado qui propose d’énormes cocktails (33, 50 ou 75cl) pour presque rien (4, 6 ou 8€ pour les plus chers).

Pour une raison inconnue, il nous a été très dur de trouver un supermarché. J’ai dû faire une recherche sur internet pour le trouver, et en dehors de celui que j’ai visité, je n’en ai vu aucun autre. Les prix, par contre, sont beaucoup plus bas qu’en France. Par exemple, le paquet de 6 sachets de 4 Oreos coute 1€60 contre plus de 4€ à Paris. La différence me semble minime ou inexistante pour les bouteilles d’alcool.

Bref, le Portugal que je viens de voir correspond finalement à l’image que j’avais de la Grèce… Et quand je lis dans la presse que le gouvernement a été félicité par Bruxelles pour sa gestion de la dette et sa politique d’austérité, je me pose des questions sur le bienfondé de ces mesures, mais ça, c’est un autre débat…