Valentin's Posts

quote-if-it-sounds-good-and-feels-good-then-it-is-good-duke-ellington-52-77-85

« Si ça sonne bien, C’EST bien » – « If it sounds good, it IS good » – Duke Ellington

Facile à dire, mais comment être plus précis, sur quoi faut-il se focaliser en jouant

La musique étant tellement subjective, il est parfois difficile de se mettre d’accord. On peut néanmoins distinguer 5 paramètres qui sont :

  • Justesse
  • Rythme
  • Son
  • Articulation
  • Style

Les deux premiers paramètres sont absolument mathématiques, et donc indiscutables. On ne peut avoir de vision personnelle de la justesse et du rythme !

Trop de personnes se focalisent sur le son, mais finalement, dans un concert, le son peut être magnifique, dans un style impeccable, si la justesse et le rythme ne sont pas là, on ne pourra jamais apprécier la performance.

L’articulation est finalement semi-subjective, c’est un peu comme le langage humain, elle n’est pas, et ne doit pas être tout le temps uniforme, mais doit rester claire et compréhensive. Cependant la palette d’articulation du musicien doit être aussi large que possible afin d’être au service du style.

Le son… tellement de grands musiciens, tellement de sons différents. Comment se fait-ce qu’on puisse les  reconnaitre dès les premières notes ? C’est probablement car ils sont uniques et tellement en adéquation avec le style de leur pièce.

Conseil pour s’améliorer et se créer son propre son : écouter les artistes qui vous inspire, trouver ce qui vous plait dans leur son, s’enregistrer, s’écouter, et se demander s’il ressemble à ce que vous aimer. Si oui, c’est gagné, si non, demandez vous pourquoi cela n’y ressemble pas, et comment faire pour y remédier.

De manière similaire au son, le style est absolument subjectif et ne s’acquière qu’en écoutant et comprenant l’histoire de la pièce que l’on joue. Et tout comme l’articulation, il ne faut pas tout jouer avec le même style, mais savoir varier et s’adapter adéquatement avec sa pièce.

Read more

Aurification d'un embouchure

Petite brève sur l’aurification d’une embouchure: cela permet d’obtenir une surface complètement lisse et un ressenti plus doux.

Au niveau du son, ça ne change absolument rien, mais les changements de positions entre les registres grave et aigu d’embouchure se font de manière beaucoup plus fluide.

Il s’agis ici d’une aurification par électrolyse pour obtenir une dorure à 24 carats. Il faut faire passer un courant électrique dans l’embouchure, et appliquer le substrat (sel cyanuré d’or) à l’aide d’une bonnette fixé à une des électrodes.
L’intensité (ici 12 voltes) permet de régler l’accroche de l’or sur l’embouchure, l’ampérage permet de régler l’épaisseur de la dorure : 8 microns.

Un grand merci à Franck Gervais de Musique Services à Clermont-Ferrand qui a pris le temps de tout m’expliquer ainsi que de réaliser la dorure.

Prochaine étape… le teste de l’harmonisation chez Feeling Musique… il parait que ça vaut le coup…

Read more